Revenir en haut Aller en bas



 

Une toute nouvelle expérience

 :: Denver city :: Autres quartiers :: Résidences Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 1 Aoû - 17:43
Une toute nouvelle expérience
Anatoly & Aurore

- Après cette douce torture à l’aide du drap blanc du lit, elle sentit finalement les lèvres de Sergeï venir se poser contre les siennes dans un baiser sensuel mais avec une pointe de douceur à la fois. Il n’était pas une brute, loin de là et jusque là, il savait y faire, ce qui la rendait encore plus impatiente de découvrir la suite des événements. En tout cas, elle était persuadée que si ses lèvres auraient été un bonbon, son partenaire l’aurait sûrement dévoré en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Il vient finalement reculer doucement son visage pour venir frotter son souffle chaud contre sa nuque, ce qui laissa échapper quelques frissons à la demoiselle. Elle qui a plutôt l’habitude de la violence, voilà qu’il est tout le contraire et pourtant, elle n’en est pas totalement insatisfaite au contraire. Mais peut-être que ce n’est qu’une mise en bouche. Puis tout d’un coup, il stoppa tout pour se redresser d’un geste rapide, se positionnant fièrement devant elle pour venir retirer le bouton de son pantalon. -

C’est parce que l’homme que j’ai en face de moi est à croquer...

- Dit-elle en référence à la remarque qu’il venait de faire sur ses yeux quelques minutes plutôt. Inutile de cacher le désir qu’elle éprouvait pour lui, il était bien visible et elle n’était pas douée pour dissimuler ses émotions. Elle même se perdait entre la vérité et les mensonges, logiquement la vrai Birdie ne se serait jamais offerte aussi facilement et de son plein grès en plus de cela. S’il avait lu attentivement les fiches des deux jumelles, il l’aurait compris bien vite mais ce n’est pas le cas, peut-être qu’il n’a pas eu l’occasion de lire la sienne. Bien vite, il se retrouva totalement nu,  se dévoilant à elle et on ne peut pas dire que la nature ne l’avait pas gâtée, bien au contraire. Alors qu’elle l’observait sans rien dire, il vient finalement se remettre à ses côtés en lui demandant ce qu’il pourrait faire pour que sa satisfaction soit à son comble. Toutefois, elle n’avait pas envie de penser à elle mais à lui, elle voulait lui faire plaisir. Elle vient finalement faire en sorte qu’il s’allonge complètement sur le lit pour venir à califourchon sur lui. -

Et toi alors? Je suis curieuse de savoir ce qui pourrait te faire plaisir.

- Il était censé être son mari c’est vrai mais au final, elle ne connaissait pas grand chose de lui alors elle préférait lui demander plutôt que de se planter et faire quelque chose qu’il n’aimait pas. Même si ca perdait un peu de charme sur le jeu qu’il avait entrepris mais après tout, il en avait fait de même. -
 
made by black arrow

@Anatoly Dorjiev
Aurore Nemeth
Aurore Nemeth
Age : 27
Habitation : Un appartement en haut de son lieu de travail, ce n'est pas le grand luxe mais au moins elle a un toit ainsi qu'un salaire afin de vivre convenablement.
Occupation pro/perso : Strip-teaseuse, escort, prostituée au Red Hell's. Tout est bon à prendre.
Ta gueule d'ange : Une toute nouvelle expérience - Page 2 Tumblr_n9xj82cqVq1s5t7rno1_250
Sous les traits de : Barbara Palvin
Messages postés : 44
Inscrit depuis le : 28/05/2019
Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Aoû - 16:59


Mon collègue avait raison, et j’en crevais de le dire, du moins de le penser j’avais envie de déglutir. Depuis trop longtemps je n’ai pas pris ce genre de plaisir, et il fallait que ça soit lui pour finir qui me mette cette fille dans mon lit pour que cette flamme en moi s’allume à nouveau. Birdie, si on m’avait dit son nom plus tôt, j’aurais ris rien que d’en parler.

Pourtant j’ai nu maintenant, dans tous les sens du terme, vulnérable, sans vêtement, et sans cette carapace de rancœur qui me protégeais habituellement. La jeune femme était arrivée en une quinzaine de minutes à percer mes défenses. Il fallait dire qu’elle avait de très bon argument à faire valoir, ces mêmes arguments qu’elle venait me soumettre en grimpant sur moi à califourchon.

- La curiosité est un vilain défaut dit-on ?

Birdie avait dû voir des hommes différents, avec des goûts bien particulier. J’imaginais qu’elle s’était déjà fait ligoter, qu’elle avait pu faire l’amour à plusieurs, dans toutes les pièces de la maison, la piscine, même l’ascenseur, la jeune femme était une professionnelle de la baise, et ça, ça m’excitait encore d’avantage.

Je venais alors poser mes mains sur ses fesses, glissant chacune dans sa culotte qu’il me tardait de retirer. Ce qui me ferait plaisir ? C’était de la lui arracher et de la prendre sauvagement sur ce lit. Est-ce qu’elle se rendait compte de l’effet qu’elle me faisait ? Pourtant j’étais nu, et mon érection dans la position sur moi caressait bientôt son anus, alors oui, elle le savait.

- Je crois que tu le sais déjà ?

Mes yeux la déshabillaient avec gourmandise, elle était nue déjà, mais je la caressais d’un regard qui pourrait dépecer la nudité elle-même. Je poussais ses fesses un peu plus jusqu’à mon torse avant de me retourner, la passant sous moi. Mes mains toujours au niveau de son dernier sous vêtement, je retirais ce qui séparait encore nos corps d’un instant charnel.

Ferme, mais pas violent, je lui retirais sa culotte sans abimer la marchandise, pour la laisser tomber au pied du lit avant de prendre à mon tour place, à califourchon sur son corps maintenant nu. Je la toisais d’un air plantureux, un sourire carnassier sur le visage qui laissait entrevoir ce désir de la posséder toute entière.

- Les invités peuvent bien nous attendre un peu.

Anatoly Dorjiev
Anatoly Dorjiev
Messages postés : 37
Inscrit depuis le : 15/06/2019
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Aoû - 13:39
Une toute nouvelle expérience
Anatoly & Aurore

- Lorsqu’il lui dit que la curiosité est un vilain défaut, la demoiselle ne put s’empêcher de lâcher un léger rire, c’était bien l’une des rares fois où quelqu’un l’a faisait rire avant l’acte. Toutefois le proverbe ne marchait pas cette fois puisqu’elle était déjà totalement dans son lit. Quoi qu’il en soit, elle se fichait pas mal d’avoir ce défaut, si elle pouvait savoir ce que son partenaire désirait, c’était beaucoup mieux. Même si concrètement, elle avait bien sa petite idée, sachant parfaitement ce que pouvait aimer les hommes bien que certain avait parfois des désirs particuliers. La demoiselle l’observait avec énormément de désir, elle sentait que le courant passait bien entre eux, mieux qu’avec n’importe qui d’autres. Se mordillant la lèvre inférieure lorsqu’il vient glisser ses mains contre ses fesses, Aurore en profita pour se cambrer légèrement, lui offrant une vue sur sa poitrine par la même occasion. -

Je suis certaine que tu ne vas pas tarder à me le montrer de toute façon.

- Si elle se mettait dans son rôle, elle connaissait parfaitement ce qui pourrait faire plaisir à Sergeï mais pour le coup, elle n’en était absolument pas certaine. Tant pis, il finirait bien par lui montrer s’il voulait quelque chose en particulier, elle était à son entière disposition. Rapidement, elle se retrouva en dessous de lui avant d’être totalement nue, son amant lui retirant le dernier tissu qui lui restait sur le corps. Voilà que tout devenait plus intéressant désormais même si le moment allait sûrement être écourtée par le dîner. Mais il pouvait toujours reprendre après ce dernier. Ils avaient toute la nuit à eux, dans cette merveilleuse suite. -

C’est vrai… C’est toujours mieux de se faire attendre, un peu comme des stars.

- Un sourire coquin se dessina sur son visage, c’était un peu par sa faute qu’ils s’étaient retrouvés ainsi mais ca lui plaisait. C’était signe qu’il ne savait pas lui résister, signe qu’elle savait faire son effet. L’une de ses mains se glissa donc contre son torse qu’elle caressa du bout des doigts. -

Possède moi bébé, montre moi de quoi est capable mon si beau mari. Histoire que je ne regrette pas notre mariage.

- Elle ne doutait pas de ses capacités, loin de là car jusqu’à maintenant, il s’était même montré très convaincant même si les choses sérieuses n’avaient pas encore commencées. Ca ne devrait tarder désormais et elle trépignait d’envie de le sentir enfin en elle. -
 
made by black arrow

@Anatoly Dorjiev
Aurore Nemeth
Aurore Nemeth
Age : 27
Habitation : Un appartement en haut de son lieu de travail, ce n'est pas le grand luxe mais au moins elle a un toit ainsi qu'un salaire afin de vivre convenablement.
Occupation pro/perso : Strip-teaseuse, escort, prostituée au Red Hell's. Tout est bon à prendre.
Ta gueule d'ange : Une toute nouvelle expérience - Page 2 Tumblr_n9xj82cqVq1s5t7rno1_250
Sous les traits de : Barbara Palvin
Messages postés : 44
Inscrit depuis le : 28/05/2019
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Aoû - 15:34


Un voile épais tombait sur l’avenir immodéré que nous réservait cette entrevue. La mission attendrait, le monde entier, chaque particule de vie qui nous entourait, les coquelicots fleuris du jardin d’en face, la cellulite du facteur, la malice de l’épicier du coin de la rue, celui qui vends chaque bouteille de pastis de Marseille à moitié prix, rien absolument plus rien n’existait, à part elle, et moi.

J’étais excité comme un adolescent, une fièvre que je n’avais plus ressentie depuis trop longtemps. Je ne me laissais pas distraire, concentrer sur l’objectif qu’était cette femme délicieuse qui s’offrait à moi, nue comme un classeur sans intercalaires. Quand elle me demandait de la posséder, je lui offrais un sourire facétieux avant d’entrer en elle sans plus de fioriture.

Si j’avais eu des relations tarifées pour noyer ma solitude, je n’avais plus ressenti ce plaisir autre que charnel depuis le départ de ma femme, autant dire une éternité. Je me surprenais à partager un instant de communion avec Birdie, comme si nos attendent pouvaient être partagées, du moins je me sentais entier.

Je la baisais, du moins, je lui faisais l’amour, avec force et tendresse à la fois, jusqu’à épuisement, jusqu’à lui donner tout ce que j’avais, même plus encore en essayant de la satisfaire au mieux, comme si sa propre satisfaction importait plus que mon plaisir personnel. Ses soupirs hanteraient mes prochaines nuits pour des rêves érotiques à en devenir.

Las, je m’étais étendu sur ce lit, un bras enlacé autour de ma femme que je savourais du regard une fois encore. J’embrassais la peau sucrée de son épaule nue, en conservant un contact qui me manquerait affreusement lors de son départ. Je me demandais alors si cet instant de pur extase compenserait le manque prochain de son corps de déesse grecque.

- J’ai pas envie de quitter ce lit pour retrouver des hommes d’affaires gonflants.


Je soupirais, en me demandant si quelqu’un s’apercevrait de mon absence au repas. Si je devais au moins justifier l’investissement de la belle escort, il faudrait qu’on nous voit tous les deux, et pour l’instant à par ce garçon de chambre personne n’avait pu apercevoir le sourire de ma dulcinée.

- On a un quota à respecter ? Ou j’ai droit d’abuser de ma femme à volonté pendant le week end ?

Si ça ne tenait qu’à moi, le temps de reprendre des forces, et je pourrais recommencer à la prendre ici dans cette chambre encore une fois. Je retournais, sur le flan pour pouvoir la regarder d’une façon plus précise. Je concentrais mon regard sur son visage, et passais une main contre sa joue, la laissant glisser dans ses cheveux.

- Dis-moi ce qu’on t’a demandé ? En venant à moi, qu’est ce qu’on t’a donné comme mission ? Je voudrais savoir comment ça fonctionne.


Anatoly Dorjiev
Anatoly Dorjiev
Messages postés : 37
Inscrit depuis le : 15/06/2019
Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Aoû - 13:39
Une toute nouvelle expérience
Anatoly & Aurore

- Après un moment, il vient enfin combler le vide à l’intérieur d’elle en venant prendre possession de son corps sans trop de délicatesse mais pas non plus d’un coup violent, juste assez pour lui ôter un gémissement de plaisir. C’était la première fois qu’elle avait un rapport avec lui mais pourtant, elle avait cette impression qu’elle le connaissait depuis des années, est-ce qu’elle s’était un peu trop prise au jeu finalement? Il est possible mais il était tellement différent de tous les autres. Pourtant, une fois ce weekend terminé, elle devra faire comme si de rien et reprendre sa vie, devant faire comme s’il n’était qu’un client parmi tant d’autres. De toute façon, ce serait la même chose de son côté.

Le reste était tout autant exquis, il avait su lui faire ressentir beaucoup de plaisir et elle avait envie de continuer durant des heures encore mais malheureusement, elle n’avait pas que cette mission ce soir. Finalement, Sergeï s’était allongée sur le lit pour reprendre ses esprits, la brune s’était donc mise à ses côtés, serrant le drap blanc entre ses mains, reprenant son souffle par la même occasion en profitant des doux baisers qu’il lui offrait. Elle lâcha un rire en entendant qu’il n’avait pas envie de quitter ce lit. -

Je comprends...

- Est-ce qu’elle avait envie de lui dire qu’elle aussi? Totalement. Mais elle se retenait, elle n’avait pas envie qu’il puisse s’imaginer des choses. Quoi que… Il aurait simplement pu penser qu’elle est une petite fainéante et puis voilà. Seulement, elle se devait d’être professionnelle avant toute chose. Elle se redressa finalement pour venir se mettre sur les côtés afin de pouvoir le regarder, posant ses deux mains sous son visage comme appui. -

Pourquoi avoir un quota? Tu es libre de faire ce que tu désires de ta femme voyons mais il ne faut pas oublier les obligations pourtant… On devrait même se dépêcher avant d’être vraiment en retard. Ce ne serait pas raisonnable de faire attendre ces hommes, on pourrait croire que c'est de ma faute après.

- Dit-elle en venant déposer un tendre baiser contre ses lèvres avant de finalement se lever, prenant tout de même le temps d’écouter sa question. Elle commença alors à remettre ses vêtements. -

Rien en particulier. Je sais juste pour combien de temps je suis ici et avec qui. Pourquoi cette question?

- Elle se demandait bien pourquoi il se posait ce genre de question, normalement les clients était loin de se soucier de l’organisation des demoiselles. En tout cas, elle comprenait qu'elle était donc la première qu'il appelait pour ses services. Enfin du moins, c'est ce qu'elle pensait sinon il aurait déjà eu réponse à sa question. Toutefois, ce n'était pas poli de lui demander. -
 
made by black arrow

@Anatoly Dorjiev
Aurore Nemeth
Aurore Nemeth
Age : 27
Habitation : Un appartement en haut de son lieu de travail, ce n'est pas le grand luxe mais au moins elle a un toit ainsi qu'un salaire afin de vivre convenablement.
Occupation pro/perso : Strip-teaseuse, escort, prostituée au Red Hell's. Tout est bon à prendre.
Ta gueule d'ange : Une toute nouvelle expérience - Page 2 Tumblr_n9xj82cqVq1s5t7rno1_250
Sous les traits de : Barbara Palvin
Messages postés : 44
Inscrit depuis le : 28/05/2019
Revenir en haut Aller en bas
Ven 6 Sep - 16:20
En moins d’une heure j’avais perdu totalement la notion du temps, la notion même de ce qui était important. Je m’étais laissé distraire par les beaux yeux qui étaient censés distraire ceux sur qui j’étais venu enquêter. Pendant un instant, je me demandais si j’avais envie de continuer cette mission, et d’exposer ma femme aux yeux des autres.

Ça serait égoïste de ne vouloir la garder que pour moi ? Si j’avais l’habitude maintenant d’effectuer des missions sous couvertures, j’avais refusé depuis l’accident de m’impliquer émotionnellement. Je soupirais, en regardant une dernière fois la belle à côté de moi avant qu’elle ne se rhabille doucement en répondant à mes questions.

- Ils comprendront ma raison, d’être en retard.

En dévorant la brune du regard, je finissais par récupérer mes vêtements pour les renfiler à mon tour. J’étais habillé pour la situation, mais ça serait certainement moins droit et moins propre que lorsqu’on m’avait sorti ce costume nickel de sa housse. Tout ça, ça me perturbait, assez pour que je sois curieux sur la procédure qu’avait engagé mon collègue pour recruter Birdie.

- Ça te décevrait si je te disais qu’on t’avait choisie pour moi ? J’ai … un ami, qui n’aime pas me savoir tout seul.

Je me laissais aller à quelques confidences, c’était la première chose de vrai que je disais sur moi depuis l’arrivée de celle qui jouait ma Ludmilla. Ça me faisait du bien d’une certaine manière d’en parler. Je n’arrivais pas à expliquer ce qui venait de se passer, mais je me sentais plus vivant ces derniers instants que ces dernières années.

- Je ne manquerai pas de laisser une impression positive à l’agence, à l’attention de Birdie la sublime Birdie.

En changeant de pièce, l’ambiance, la situation, tout allait prendre une autre tournure. Je n’en avais pas envie, mais je ne pouvais pas passer le week end entier au lit. Quand nous étions près les deux, rhabiller, et plus élégants que jamais, je caressais la joue de ma femme avec trois doigts, le geste aussi tendre que mon regard sur elle.

- Je n’ai encore pas vu les autres, mais nul doute que tu es déjà la plus belle ce soir.

Pour ce genre de repas, il n’était pas rare que les autres participants utilisent le même procédé de recrutement, même si j’avais assez de fiche de mon côté sur ceux avec qui j’allais partagé le repas pour savoir lesquels étaient réellement marié. On sortait de la chambre, je prenais le bras de la belle sous le mien pour la conduire jusqu’à l’ascenseur qui nous emmenait de la même façon à la salle de réception.

Dans la salle, tout était décoré de blanc et d’argent, de cristal et de diamants. L’hôtel était réputé pour être un des plus luxueux de la ville, et ce congrès attirerait les personnes que j’étais venu voir. Je ne mis pas longtemps à les apercevoir, finalement il n’y avait pas tant de trou dans les tables, mais arrivé en dernier me permis de faire sensation avec ma femme.

- Messieurs, mesdames, excusez-nous pour ce retard.

Je penchais la tête pour saluer dignement la table, en essayant de me remémorer les noms de chacun. Si je ne les avais vu qu’une où deux fois, mon rôle d’homme d’affaire devait être à la hauteur. Je venais tirer la chaise pour ma voisine, damant le pion au serveur qui l’aurait fait sinon, et je l’invitais à s’assoir.

- Laissez moi vous présentez la raison de mon égarement. Ma femme, Ludmilla ! Elle est toujours si belle dans une robe de soirée que j’en perds la notion du temps à chaque fois que je la regarde.

Ici tout le monde faisait semblant d’être quelqu’un d’autre, personne n’est jamais devenu riche sans raison. Mais s’il y avait bien une chose qui mettait toujours les hommes d’accord, c’était la beauté d’une femme comme Birdie. Je lui présentais alors l’ensemble de la table en essayant de ne pas me tromper avant de m’assoir à côté d’elle.

- Ma chérie, laisse moi te présenter John Simons, le prince de la restauration de luxe, Henry Thompson, le magnat de la publicité, et Monsieur Richardson, lui c’est pétrole, même si tout le monde sait qu’il est aussi le séducteur de cette table. Et ces dames que je ne connais pas, mais dont j’ai hâte de faire connaissance.

Souriant, faussement à quelques blagues, écoutant chacun marquer son territoire de façon significative, je gardais un œil sur Stefen Richardson, qui était un membre notoire de la mafia New-Yorkaise. Si j’étais là ce soir, c’était pour entrer dans son cercle. Sous la table, je passais ma main sur le genou de ma femme, une façon discrète de lui témoigner mon attention au milieu de ce banc de requin qui la regardaient tous.
Anatoly Dorjiev
Anatoly Dorjiev
Messages postés : 37
Inscrit depuis le : 15/06/2019
Revenir en haut Aller en bas
Mar 14 Jan - 15:50
Une toute nouvelle expérience
Anatoly & Aurore

- Elle s’arrêtait devant un grand miroir pour pouvoir être de nouveau présentable, elle ne le serait sûrement pas autant qu’en arrivant étant donné la tournure qu’avait pris la situation dans cette chambre d’hôtel. Un petit coup de maquillage rapide avec ce qu’elle avait dans son sac à main et un petit coup de brosse sur sa chevelure brune pendant que derrière elle, elle observait le beau brun entrain de remettre ses vêtements, évoquant les raisons pour laquelle elle se trouvait ici. Un collègue qui avait choisi pour lui afin qu’il ne soit pas seule, un rire s’échappa d’entre ses lèvres, ce n’était pas la première fois que son client n’était lui-même pas responsable de sa présence ici mais à chaque fois, aucun ne le regrettait. -

D’acord. Ton  ami doit tenir à toi dans ce cas pour vous offrir un tel cadeau.

- Et s’il savait qu’en vérité, ce n’était pas elle qu’il avait choisi mais plutôt sa soeur jumelle toutefois elle avait préféré prendre la place de cette dernière, pensant que ce riche serait comme tous les autres mais visiblement, elle s’était trompée. Peut-être qu’elle ne regrettait pas d’avoir pris sa place par la même occasion, elle ne pouvait pas nier qu’elle passait un bon moment en compagnie de cet homme, bien différent de ceux qu’elle avait pu croisé auparavant. Une fois prête, elle se retourne vers lui pour le suivre en dehors de la chambre, le reste de la soirée allait être beaucoup moins intéressant mais après tout, c’était en priorité pour ce repas qu’elle était là et non pour autre chose. Sortant de la chambre à son bras, elle se laissait guider à travers les couloirs pour ensuite arriver à cette fameuse réception. Etant sûrement les derniers à faire acte de présence, les regards se sont immédiatement tourné vers eux et notamment sur elle, bien qu’elle en avait l’habitude désormais. Toutefois, elle n’était pas Aurore ni Rorie mais Ludmilla et elle était mariée. Malgré tout, elle affiche un sourire sur ses lèvres en les saluant -

Enchantée de faire votre connaissance Messieurs, Dames. Depuis le temps que j’entends parler de vos mérites.

- Dit-elle pendant qu’elle s'installe à table, remerciant poliment celui qui était son mari pour la soirée. Elle tentait d’ailleurs d’être crédible dans son rôle, lui envoyant des regards tendre par moment histoire qu’il puisse croire à cette fausse idylle parfaite. Enfin, peut-être que la plupart de femmes autour de cette table était dans la même situation qu’elle sans même qu’elle ne soit au courant également. La conversation se lance ensuite de divers côté et pour sa part, elle parlait avec l’une des dames présentes à table, tentant de cacher son accent hongrois comme elle le peut mais surtout essayant de comprendre l’intégralité des phrases prononcés autour d’elle. Forcément, les conversations d’affaires ce n’était pas vraiment dans ses habitudes toutefois il fallait qu’elle soit un minimum crédible aux yeux tous bien que physiquement, c’était déjà totalement acquis. D’ailleurs, elle fût surprise de sentir la main de son acolyte pour la soirée contre sa cuisse mais ce n’était pas désagréable, bien au contraire. Au bout d’un moment, son regard se tourna vers lui, lui affichant un doux sourire en comprenant bien qu’il trouvait ce repas ennuyant.  -
 
made by black arrow

@Anatoly Dorjiev
Aurore Nemeth
Aurore Nemeth
Age : 27
Habitation : Un appartement en haut de son lieu de travail, ce n'est pas le grand luxe mais au moins elle a un toit ainsi qu'un salaire afin de vivre convenablement.
Occupation pro/perso : Strip-teaseuse, escort, prostituée au Red Hell's. Tout est bon à prendre.
Ta gueule d'ange : Une toute nouvelle expérience - Page 2 Tumblr_n9xj82cqVq1s5t7rno1_250
Sous les traits de : Barbara Palvin
Messages postés : 44
Inscrit depuis le : 28/05/2019
Revenir en haut Aller en bas
Ven 17 Jan - 10:42
C’est mon collègue qui avait choisi l’agence, la fille pour moi, et je devais avouer que je n’aurais pas pu avoir un meilleur choix que la belle Birdie. Je ne manquerais pas de le remercier, même si je devrais supporter son discours sur le fait qu’il avait raison, et que c’est de ça dont j’avais réellement besoin.

- Je ne sais pas s’il tient à moi, mais il est attentionné.

Quand la jeune femme parlait de mon ami qui tenait à moi, un instant je réfléchissais, en me demandant si je pouvais le caractériser comme un ami. Je n’y avais pas vraiment pensé avant, je ne suis pas sur de mérité des amis. Mais si j’avais un ami, il serait ce qui s’en rapprocherait le plus.

Un peu en retard, nous nous étions tout de même habillés pour nous rendre à ce diner, le fameux pour lequel j’étais là. Me faire voir, et gagner un semblant de confiance et de crédibilité à table. Je devais avouer que Ludmilla jouait son rôle à merveille, et que si j’avais certifié pouvoir assister au diner seul, j’étais content qu’elle soit là.

Quand ma main glissait sur sa cuisse, sous la table, j’étais content de pouvoir observer le sourire de la belle. Il y avait une complicité, cette complicité dont je ne saurais dire si elle était feinte ou pas. Mais si la jeune femme restait fausse, c’était belle est bien une merveilleuse actrice, dans tous les sens du terme.

Je restais plutôt passif dans la conversation, écoutant surtout les autres parler, en répondant à leurs questions quand il le fallait sur ce rôle que je m’étais inventé. La présence de ma femme à mes côtés, ça me donnait une vraie assurance que je n’aurais peut être pas eue sans elle. Alors quand les hommes décidaient de passer dans le petit salon à côté, je me retournais vers Ludmilla.

- On doit débatte d’une affaire entre homme, ça ne sera pas long.

Les filles étaient toujours exclues de la conversation, mais j’étais arrivé là où j’avais prévu d’aller. Je n’avais juste pas prévu que ça me ferait un tel pincement au cœur de laisser la belle avec les autres filles. Je viens l’embrasser tendrement même si mes compères n’avaient pas autant d’égards pour leurs compagnes, en caressant sa joue quelques instant avant de repartir.

- Tu n’as qu’a remonter dans la chambre, te faire couler un bon bain chaud, et je te rejoins vite.


Je lui confiais la carte de la chambre avec un petit clin d’œil complice. Les choses sérieuses allaient commencer, même si je n’avais pas la tête entièrement à ce que je faisais. On était dans cette salle réserver aux hommes d’affaires, avec une bonne bouteille à la main à débattre de l’opération à venir.

Si j’étais avec parcimonie, je ne pouvais pas m’empêcher d’imaginer Birdie, son joli corps nu dans la baignoire avec un soupçon de mousse. Jusqu’à ce qu’un des gars me rappelle à l’ordre en me demandant si j’étais avec eux. J’hochais la tête et oubliait la jeune femme pendant la demi-heure qui suivait.

J’en savais plus sur ce qui se tramait, et sur le rôle que j’avais à y jouer. Mais quand le parrain des lieux décidait de clôturer la séance, je n’avais qu’une hâte, de retourner dans la chambre. J’empruntais l’ascenseur pour retrouver l’étage qui m’avait été attribué, en ouvrant la porte avec une impatience non dissimulée avant de la refermer derrière moi.

- Chérie, je suis rentré !
Anatoly Dorjiev
Anatoly Dorjiev
Messages postés : 37
Inscrit depuis le : 15/06/2019
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome to queen city of the plains :: Denver city :: Autres quartiers :: Résidences-